Catégories
Santé

Comment soigner les petits bobos liés à la pratique du sport ?

Être sportif de profession, ou encore pratiquer des activités sportives de façon occasionnelle, c’est bien. En effet, les activités sportives font beaucoup de bien à l’organisme. Cependant, il n’est pas rare d’avoir de petits bobos liés aux activités sportives. Le présent article fait la lumière sur ces risques liés aux activités sportives, ainsi que comment les soigner. Lisez plutôt !

Quels sont les risques de bobos dans les activités sportives ?

Que vous soyez athlète, footballeur, joueur de volley-ball etc., vous n’êtes pas à l’abri de petites blessures. En effet, les sportifs de haut niveau et même les sportifs du dimanche sont exposés à divers risques comme par exemple : des entorses, des tendinites, la fatigue, ou encore des fractures. Il peut également arriver que le sportif ait une côte fêlée lors de ses pratiques sportives. Cependant, il est important d’apporter une précision par rapport aux causes possibles de la côte fêlée. Contrairement à ce que l’on peut souvent penser, une côte fêlée n’est pas toujours due à un choc violent. Cela peut être provoqué également par une toux ou même par un gros éternuement. Vous pouvez avoir plus d’explication à ce sujet sur le lien. Quand on a une de ces blessures, il est important de savoir comment la soigner pour ne pas l’aggraver.

Conseils pour être rapidement sur pied suite à une blessure

Le premier réflexe à avoir en cas de blessure grave, liée à la pratique du sport, c’est de consulter son médecin. En effet, le médecin saura mieux vous soigner après avoir posé un bon diagnostique. Les traitements peuvent aller du simple repos accompagné de médicaments à une intervention chirurgicale, selon l’importance de la blessure. Il peut également vous être demandé de ne pas vite reprendre les activités. En revanche, s’il s’agit de petites blessures, vous pouvez simplement opter pour le repos, et laisser votre organisme se remettre de la blessure. A vous de jouer !

Catégories
Santé

Quelles sont les vertus de la spiruline ?

La spiruline existe depuis 3 milliards d’années. C’est une algue en spirale, que certains n’hésitent pas à qualifier de miraculeuse. C’est un complément alimentaire ayant des propriétés antioxydantes, antidiabétiques et immunostimulantes. La spiruline se présente généralement sous la forme d’une poudre bleu-vert. Elle a une composition nutritionnelle très riche, et a une forte teneur en fer.

La richesse nutritionnelle de la spiruline

Super aliment par excellence, la spiruline est faible en calorie, mais contient beaucoup de nutriments en très faible quantité. Elle contient jusqu’à 70% de protéine. Elle contient aussi plusieurs sortes de caroténoïdes. Mais avant tout, c’est une excellente source de fer. Elle contient une quantité appréciable d’acides gras essentiels. Elle tient son activité antioxydante du phycocyanine qui est un pigment bleu. Enfin, elle contient de la chlorophylle et plusieurs autres minéraux. Plusieurs études scientifiques ont permis d’en savoir plus sur ce super aliment naturel consommé partout dans le monde. En matières de vitamines, la spiruline est encore une source intéressante. Quinze fois plus riche en vitamine A que la carotte, elle contient en plus les vitamines du groupe B, et les vitamines D, E et K.

Les propriétés thérapeutiques de la spiruline

La spiruline est très indiquée pour combattre l’anémie ferriprive. Grâce à sa forte teneur en fer, elle combat la carence en fer. Elle peut combler les besoins d’un individu qui a perdu beaucoup de sang, ou dont l’organisme est incapable d’assimiler le fer. Les autres carences que la spiruline peut combattre sont celles en magnésium, potassium, manganèse, zinc, calcium, cuivre, sélénium et phosphore. Consommer cette algue comme complément alimentaire contribue à satisfaire les besoins en ces oligo-éléments. Des études ont également prouvé les effets bénéfiques de cette algue dans l’équilibre du taux de glycémie dans le sang, et l’amélioration de l’efficacité de l’insuline, pour les personnes souffrant du diabète de type 2.